Les 6 signes de fragilité à repérer chez un proche

 

Oui ; il est parfois possible de retarder l’arrivée de la dépendance chez une personne âgée… à condition de repérer les signes avant-coureurs de la perte d’autonomie et de prendre rapidement les mesures adéquates. 40 % des plus de 65 ans présenteraient ces signes de fragilité. Découvrez les 6 signes révélateurs qui peuvent vous inciter à consulter votre médecin pour vous ou vos proches.

Les 6 signes d’une perte d’autonomie 

Avec l'âge, on devient de moins en moins autonome. On n’y prête pas toujours attention et la dépendance peut s’installer de façon progressive :

La perte de poids :

Au-delà d’une perte de 5 kilos par an, il faut s’interroger. Car si les besoins énergétiques diminuent avec l’âge, une carence en vitamines peut être très néfaste, notamment pour le fonctionnement du cerveau.

Une marche lente :

Quand la locomotion d’une personne âgée devient hésitante ou saccadée, cela peut être dû à des chaussures inadaptées, à des rhumatismes ou encore à un problème neurologique ; à surveiller de près.

Une sédentarité :

Bien sûr, avec l’âge, on a tendance à davantage rester dans son logement. Mais ne plus sortir du tout génère un repli sur soi et un déclin des fonctions cognitives (mémoire, attention, langage…).

Des troubles de la santé :

Si les petits bobos et les grandes plaintes s’additionnent… attention ! Sont-ils causés par des problèmes d’ouïe ? De vue ? D’équilibre ? Mieux vaut vérifier pour écarter l’hypothèse de l’arrivée d’une maladie invalidante.

Une diminution des forces :

L’âge venant, la force musculaire décroît. Mais si cette atrophie s’amplifie, elle peut finir par menacer l’autonomie de la personne ; lorsque celle-ci, par exemple, ne peut ouvrir seule une bouteille d’eau…. Il faut être vigilant.

Une fatigue intense :

Une personne âgée se plaignant de ne plus pouvoir rien faire parce qu’elle se sent toujours fatiguée doit être aidée dans les tâches de la vie quotidienne. Et une visite chez son médecin traitant peut être prescrite.