Ouvrir ou ne pas ouvrir sa porte, telle est la question…

Selon une enquête de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) rendue publique en 2015, 178 000 vols avec violence ont été commis en 2014.

 

A qui ne pas ouvrir sa porte ?



Un certain nombre de ces vols sont commis par des individus qui parviennent à s’introduire chez vous sous des prétextes fallacieux. Mieux vaut savoir que vous êtes en droit de ne pas ouvrir votre porte aux personnes suivantes :

 


puce-orange-ad.png   Vendeurs de tapis ambulants (même s’ils prétendent qu’avec eux vous allez faire l’affaire du siècle)
puce-orange-ad.png   (Faux) agents des impôts exigeant de voir si vous détenez un poste de télévision
puce-orange-ad.png   Une personne que vous ne connaissez pas et qui prétend que son chat a pénétré chez vous (ou dans votre jardin)
puce-orange-ad.png   Une personne disant travailler pour une organisation caritative et soi-disant chargée de recueillir des dons
puce-orange-ad.png   Une personne vous proposant des services à domicile
puce-orange-ad.png   Un pseudo employé de la marie cherchant à vous faire croire qu’il doit vérifier votre installation d’eau

Se méfier des imposteurs

D’une manière générale, l’habit ne fait pas le moine. Aussi méfiez-vous des individus qui se font passer pour des employés de la Poste, de France Télécom, d’EDF, de la police ou de la gendarmerie nationale, qui sonnent à l’improviste chez vous, pour un motif qui vous paraît bizarre. Ces visiteurs, pour être crédibles, doivent être porteurs d’une carte professionnelle.

Vérifier l’identité des visiteurs

Dans le doute, rien ne vous empêche de passer un coup de téléphone à l’employeur de la personne qui souhaite entrer chez vous ; un bon moyen de bien vérifier le bien-fondé de sa visite.