L'hospitalisation à domicile : avantageux pour vous

Vous êtes de plus en plus nombreux à demander le recours à l'hospitalisation à domicile (HAD), pour vous-mêmes ou pour vos proches. Les motivations sont aussi simples que légitimes : réduire le temps passé en structure hospitalière et associer un suivi médical sans compromis, avec la sérénité des soins prodigués à domicile.

Mais qui a droit à l'HAD ? Dans quel établissement ? Nous allons répondre aux questions que vous vous posez sans doute sur la prise en charge.

Quand l'hospitalisation à domicile est-elle prescrite ? Et par qui ?

Hommes et femmes de tous âges, de l'enfant à la personne âgée, peuvent en bénéficier. Dès lors que le traitement d'une maladie chronique, aiguë ou grave, est possible dans des conditions optimales en-dehors de l'établissement hospitalier, votre médecin traitant peut proposer l'HAD. Elle se développe en particulier pour la prise en charge des soins ponctuels, palliatifs et de la réadaptation à domicile.

Alors, le traitement sera adapté au maximum, autant au niveau du personnel soignant sélectionné que de la structure (domicile ou établissement d'accueil).

Votre situation est examinée par votre médecin traitant hospitalier, qui en décide le recours selon votre intérêt. Mais votre accord sera systématiquement sollicité avant toute décision.

Quel avantage pour vous et vos proches ?

L'hospitalisation à domicile est plébiscitée par les patients et leurs familles, tant elle est bien vécue : vous bénéficiez en effet du confort des soins à domicile ou en structure d'hébergement médical. Il devient plus facile pour vous de recevoir la visite de vos proches, ainsi que leur soutien, sans les formalités propres à tout hôpital. Le cadre des soins est familier au propice au repos, voire à la reprise d'une activité : la vie devient presque normale !

L'HAD associe à ce confort le professionnalisme de la prise en charge "classique" : personnel soignant disponible 24 heures sur 24, continuité garantie de vos soins, couverture par l'Assurance Maladie, etc. Toute une organisation rigoureuse à votre service, et adaptée à votre situation.

Comment l'hospitalisation à domicile fonctionne-t-elle ?

L'HAD, ce sont avant tout des équipes à vos côtés au quotidien, supervisées par le médecin hospitalier. Elles fonctionnent donc comme des hôpitaux miniatures et mobiles : elles sont capables de prodiguer les soins, même les plus complexes, à n'importe quel moment et dans n'importe quelle structure ou à domicile.

Ces équipes sont formées pour préserver en toutes circonstances la qualité et la continuité de votre traitement médical. En plus de la coordination, chaque équipe inclut un infirmier et un assistant social à temps partiel, pour vous suivre en tant que patient et établir avec vous un contact fort. Ceci sans compter les spécialistes éventuels.

Tous ces praticiens sont épaulés par un logisticien, qui assure la disponibilité permanente de vos traitements et du matériel et par un centre d'appel actif 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 (jours fériés et vacances inclus). Une véritable excellence au service de l'humain ! Et un calme préservé, pour que les membres de la famille et amis puissent être présents sans être eux-mêmes soumis aux exigences de l'hôpital. Les personnels soignants qui prennent soin de vous en HAD sont soumis aux mêmes contrôles que ceux officiant en établissement médical classique. Que vous ou vos proches soyez soignés à domicile ou en structure d'accueil, l'Agence Régionale de Sante (ARS) les soumet à un contrôle strict et constant. Cette vigilance s'ajoute à la supervision du Centre Hospitalier - le vôtre - auxquels sont obligatoirement rattachés ces praticiens.

Cela signifie-t-il la fin de l'hospitalisation classique ?

Des passages à l'hôpital sont échelonnés dans le temps pour des examens réguliers de votre santé et un dialogue ouvert sur votre expérience (comme patient ou proche) de l'HAD. Le médecin en charge de la coordination préserve le lien avec son patient pour que sa pathologie bénéficie du traitement le plus adapté à sa situation.

Et en cas d'urgence, le personnel assure le transfert vers un centre hospitalier. L'équipe désignée pour l'HAD est formée à ces procédures et appuyée par son centre d'appel local, pour que ce transfert soit le plus simple et rapide possible.

Mais attention, l'HAD ne signifie pas la fin de l'hospitalisation classique. D'abord parce que le dispositif n'est pas encore disponible partout en France. Ensuite, parce que toutes les situations médicales ne s'y prêtent pas forcément. N'hésitez donc pas à en parler à votre médecin, qui saura certainement vous conseiller le meilleurs parcours de soins.

HAD : où en sommes-nous en France ?

Selon le dernier rapport de la Fédération Nationale de l'Hospitalisation à Domicile (FNEHAD), plus de 105 000 patients ont bénéficié de l'HAD en 2015. Ceci représente plus de 4 millions de journées, soit un bond de 4,3% en un an à peine.

Ce succès n'est pas surprenant : au contraire, vous êtes toujours plus nombreux à vous renseigner sur les avantages de l'HAD et à vous réjouir du confort et de la sérénité que cela apporte au quotidien.

L'Assurance-Maladie y trouve son intérêt financier : une journée en HAD présente un coût moyen presque dix fois inférieur à celui d'une journée en structure hospitalière classique, selon la FNEHAD.

Une hospitalisation bientôt en vue ?

La bonne prise en charge des patients à domicile est devenue une priorité publique. Des fonds publics sont ainsi consacrés à l'augmentation du nombre de structures d'HAD sur le territoire afin qu'ils soient accessibles à tous. La France compte désormais plus de 300 de ces établissements.

Ainsi, si vous envisagez pour vous ou l'un de vos proches une prochaine hospitalisation, pensez à la solution du domicile.

Pour que celle-ci se déroule dans les meilleures conditions, Aviva vous propose le contrat "Aviva Sécurité Hospitalière" qui prévoit le versement d'indemnités journalières en cas d'hospitalisation consécutive à une maladie ou à un accident, ainsi que des prestations d'assistance avant, pendant et après une hospitalisation.